Thomas Nagel

«Bien que la téléologie soit exclue de la science contemporaine, on ne doit certainement pas l'écarter a priori. Du point de vue formel, la possibilité de principes de changement au cours du temps qui tendent vers certains types de résultats est cohérente dans un monde où les lois non téléologiques ne sont pas totalement déterministes.(...) Selon l'hypothèse de la téléologie naturelle, le monde naturel aurait une propension à donner naissance à des genres d'êtres pour lesquels il existe un bien – des êtres pour lesquels les choses peuvent être bonnes ou mauvaises.(...) Même si la sélection naturelle détermine en partie le détail des formes existantes de vie et de conscience et des relations qu'elles entretiennent, l'existence du matériel génétique et les formes possibles qu'il met à la disposition de la sélection, doit être expliquée autrement. Pour l'hypothèse téléologique ces choses peuvent être déterminées non seulement par une chimie et une physique indépendantes de toute valeur, mais aussi par autre chose, à savoir une prédisposition cosmique à la formation de la vie, de la conscience et de la valeur qui en est inséparable.»