30 janvier 2018

Sven Follin, Vivre en délirant

  La dépersonnalisation est «un état où l’individu ne se reconnaît pas lui-même comme une personnalité. Ses actions lui semblent automatiques. Il observe ses propres réactions comme un spectateur.» Ce sont des «sujets ayant organisé un personnage de surface en quelque sorte idéalisé. Ceci est le plus évident lorsqu’il s’agit de personnalités hystériques, comédiens de leur propre personnage, ou de personnalités schizoïdes, ces rêveurs éveillés à la recherche d’un personnage et d’un rôle imaginaire. Tout se passe comme s’il y... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Michel Foucault, Discours et vérité

«D'un côté, dans la question "comment s'assurer qu'un énoncé est vrai ?", je crois que vous trouvez le fondement, la racine d'une tradition importante dans la philosophie occidentale, que j'appellerais la tradition de l'analytique de la vérité ; de l'autre côté, la question "quelle importance y a-t-il à dire la vérité, qui est capable de dire la vérité et pourquoi devons-nous dire la vérité, la connaître et identifier qui est capable de la dire ?" se trouve, je crois, à la racine, au fondement de ce que nous pourrions... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Harry Frankfurt, La liberté de la volonté et la notion de personne

  in Théorie de l'action (recueil)   «La liberté de l'action est (en gros du moins) la liberté d'agir selon ses désirs. De façon analogue, l'énoncé qu'une personne jouit de la liberté de la volonté signifie (en gros également) qu'elle est libre de désirer ce qu'elle désire désirer.(...) C'est en prenant conscience de l'écart entre sa volonté et ses volitions de second niveau, ou en se rendant compte que leur concordance n'est pas son œuvre mais l'effet d'un pur hasard», que l'individu «ressent son manque de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation

  «L’homme est devenu pour ainsi dire une sorte de “dieu prothétique”, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal.» C'est ainsi qu’il «devient névrosé parce qu'il ne peut supporter le degré de renoncement exigé par la société au nom de son idéal culturel.(...) La civilisation néglige tout cela, elle se borne à décréter que plus l’obéissance est difficile, plus elle a de mérite.(...) L’éthique dite naturelle n’a rien ici à offrir que... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Markus Gabriel, Pourquoi le monde n'existe pas

«Le monde n'existe pas. Selon cette proposition, Dieu ne peut pas exister non plus (...). Nous ne devrions pas nous laisser lier par quelque image traditionnelle du monde, qu'elle remonte à l'Antiquité ou à l'aube des temps modernes, et nous ne devrions pas prendre pour "vrai" ou "existant" ce que des autorités autoproclamées comme la "religion" ou la "science" ont approuvé. (...) L'évolution spirituelle de l'homme ne doit pas se réduire à la culture. L'esprit est encore autre chose que la culture. L'esprit c'est le sens pour... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Nicolas Georgieff, La schizophrénie

  «La prise de conscience de l’activité mentale est le plus souvent facultative (elle n’est pas nécessaire à l’exécution des opérations mentales).» C’est surtout «l’écart entre effets attendus et réalité» qui «déterminerait donc la prise de conscience, le traitement de données plus étendues sur la situation, permettant l’ajustement de l’action.(...) Cette attribution subjective d’intention, que nous opérons en permanence pour donner sens à nos actions, ne témoigne donc pas toujours des motifs initiaux de nos actes, mais plutôt... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 janvier 2018

René Girard, Automatismes et liberté

  in Mécanismes mentaux,mécanismes sociaux (collectif)   La “théorie mimétique“, «insiste sur le suivisme universel, sur l’impuissance des hommes à ne pas imiter les exemples les plus faciles, les plus suivis, parce que c’est cela qui prédomine dans toute société.(...) En s’engouffrant dans la direction déjà choisie, les mimétiques, les mimic men se félicitent de leur esprit de décision et de liberté. Il ne faut pas se leurrer. Dans une société qui ne lapide plus les femmes adultères, les hommes n’ont pas beaucoup... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

René Girard, Le bouc émissaire

  «L'esprit scientifique ne peut pas être premier. Il suppose un renoncement à la vieille préférence pour la causalité magico-persécutrice.(...) Aux causes naturelles, lointaines et inaccessibles, l'humanité a toujours préféré les causes significatives sous le rapport social, et qui admettent une intervention corrective, autrement dit les victimes. (...) En révélant ce mécanisme et tout le mimétisme qui l'entoure, les Évangiles montent la seule machine textuelle qui puisse mettre fin à l'emprisonnement de l'humanité dans les... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Erving Goffman, Les rites d’interaction

  «La façon dont une personne accomplit sa part de figuration et aide les autres à accomplir la leur représente le niveau de son acceptation des règles fondamentales de l’interaction sociale.(...) Tout autant que d’amour-propre, le membre d’un groupe quelconque est censé faire preuve de considération.(...) Celui qui risque une affirmation ou un message, si banal soit-il, engage et, en un sens, met en danger toutes les personnes présentes, y compris lui-même.(…) Il n’est donc pas surprenant que celui à qui on ne peut faire... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Stephen Jay Gould, L'éventail du vivant

  «Lorsque les extinctions ont tellement élagué un buisson évolutif qu'il n'en subsiste plus qu'une seule lignée (...), nous inventons alors un roman faisant de cette poussière une apothéose de l'évolution.(...) N'identifions pas un élément perdu à l'extrême périphérie d'une distribution avec la richesse de cette distribution.(...) L'être humain est un pur produit du hasard, et non le résultat inéluctable de la directionnalité de la vie ou des mécanismes de l'évolution.(...) Lors de n'importe laquelle des centaines de milliers... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]