30 janvier 2018

Nicole Dubois, La norme d’internalité et le libéralisme

  «Plus ils avancent en âge, plus les enfants pensent que les renforcements qu’ils reçoivent dépendent davantage de leurs comportements et de leurs caractéristiques personnelles que du hasard, ou de la chance ou d’autrui.(...) Un individu peut réaliser un comportement ou émettre un jugement en ayant conscience de participer ou non à la connivence sociale: (…) “si je dis bonjour, c’est parce que je suis quelqu’un de poli“.» Dès lors, «un bon travail n’est plus la valeur attendue par un environnement scolaire ou organisationnel,... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire

  «Toute affirmation explicitée devient, par cela même, un thème de discussions possibles.(…) Il est donc nécessaire à toute croyance fondamentale, qu’il s’agisse d’une idéologie sociale ou d’un parti-pris personnel, de trouver, si elle s’exprime, un moyen d’expression qui ne l’étale pas.(…) Il devient nécessaire d’avoir à sa disposition des modes d’expression implicite, qui permettent de laisser entendre sans encourir la responsabilité d’avoir dit.(...) La présupposition serait une affirmation “faite en passant”, que le... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Louis Dumont, Essais sur l'individualisme

Traditionnellement, «l'homme qui cherche la vérité ultime abandonne la vie sociale et ses contraintes pour se consacrer à son progrès et à sa destinée propres.(...) Le renonçant se suffit à lui-même, il ne se préoccupe que de lui-même. Sa pensée est semblable à celle de l'individu moderne, avec pourtant une différence essentielle : nous vivons dans le monde social, il vit hors de lui.» Avec les stoïciens «l'individu se suffisant à lui-même demeure le principe, même lorsqu'il agit dans le monde.» Or,  «les actions... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé

«On ne croit à l'éventualité de la catastrophe qu'une fois celle-ci advenue, telle est la donnée de base. On ne réagit qu'à son actualité – donc trop tard.(...) Lorsque le principe de précaution énonce que l'incertitude scientifique ne doit pas retarder la mise en œuvre d'une politique de prévention, il se trompe complètement sur la nature de l'obstacle.(...) La catastrophe n'est pas crédible, tel est l'obstacle majeur.(...) L'heuristique de la peur, ce n'est pas de se laisser emporter par un flot de sentiments en abdiquant la... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Gerald M. Edelman, Plus vaste que le ciel

  «Appelons C la transformation phénoménale et ses processus. Appelons C’ les processus sous-jacents du noyau conscient.(...) C’ déclenche des états C correspondants. Il n’y a pas d’autre façon pour un animal individuel de faire directement l’expérience des effets de C’.» Donc, même si «C lui-même ne peut-être causal,(...) le déclenchement de C par C’ fournit aussi un puissant moyen de communication des états C’ aux autres individus.(...) Ces individus peuvent échanger des informations même sur la base de la croyance erronée... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Guillaume Erner, La société des victimes

  «La disparition d’une conception religieuse de la vie a rendu caduques les notions de prédestination et de destin.» À notre époque. «l’idéal collectif est celui de l’être autonome, vivant conformément à son libre arbitraire. Toute entorse à cette conception de la liberté est susceptible de le transformer en victime.» Mais «depuis des siècles, la victime sur laquelle on s’apitoie un jour est bien souvent celle qu’on persécute le lendemain», témoignant de «la facilité avec laquelle la compassion peut fabriquer du stigmate.»... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Michael Esfeld, La philosophie de l’esprit

  «La causalité mentale est au centre de la conception que nous avons de nous-mêmes. S’il n’était pas le cas que nos croyances causent (une bonne partie) des sons et des caractères que nous produisons et que, en général, nos intentions causent (une bonne partie) de notre comportement, nous ne serions pas des êtres libres.» Celui «qui ne se laisse pas entraîner par ses désirs, mais qui en prend soin, veillant à ce que sa volonté soit formée par des désirs qu’elle désire d’avoir, satisfait la condition nécessaire et suffisante... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Kevin Falvey, Connaître en intention

in Philosophie de l'action (recueil de textes) «Nous ne pouvons pas imaginer une communauté qui permet une disjonction radicale ou globale entre l'intention et l'action.» Bien sûr, «une auto-attribution d'une action intentionnelle peut avoir besoin du soutien d'une information acquise par observation.(...) Il est difficile d'imaginer une personne faire quoi que ce soit intentionnellement, même lever son bras au-dessus de sa tête, si elle est privée de toute forme de donnée sensorielle.(...) Notre concept d'intention est conçu pour... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Leon Festinger, Une théorie de la dissonance cognitive

  «La dissonance cognitive peut être considérée comme une condition préalable entraînant une action visant à sa réduction, tout comme la faim entraîne une action visant à la satisfaire.(...) Un individu ne pouvant tolérer qu'un faible niveau de dissonance serait, probablement, incapable de l'assumer et se démènerait pour l'éliminer.(...) Si une telle personne, pour qui celle-ci est particulièrement difficile à supporter, cherche à éviter son apparition, on s'attendrait à ce qu'elle cherche à éviter de prendre des décisions,... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Michaël Fœssel, Le Temps de la consolation

    «Avant qu'il ne devienne un projet positif, le "désenchantement du monde" a été une épreuve qui a profondément altéré le pouvoir consolateur de la raison. C'est pourquoi, à l'inverse de leurs prédécesseurs, les philosophes modernes ne s'arrogent plus le droit de consoler.» Dans ce cadre, «l'inconsolé est l'homme moderne conscient de la rupture (il n'existe plus de point de vue de surplomb depuis lequel tout serait justifié) et soucieux d'y répondre (la consolation passe désormais par l'invention de nouvelles manières... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]